Saints Louis et Zélie Martin

Saints Louis et Zélie MartinLouis Martin a 35 ans lorsqu’il rencontre à Alençon Azélie-Marie Guérin qui en a 27. Un an plus tard le 12 juillet 1858, ils se marient à l’église Notre-Dame d’Alençon. Louis Martin, horloger, a demandé à 22 ans à entrer au monastère du grand Saint-Bernard mais on lui a conseillé de compléter d’abord ses études. Il s’est alors installé chez ses parents à Alençon et associe à son travail une intense vie spirituelle : messes le dimanche et en semaine, pèlerinages, participations aux actions caritatives d’un cercle catholique. Azélie-Marie Guérin, qu’on appellera toujours Zélie, après ses études au pensionnat des religieuses des Sacrés Cœurs de Picpus a également envisagé d’entrer en religion, mais elle en fut dissuadée et s’est alors tournée vers le métier de dentellière.

Lorsqu’ils se marient leur objectif est clair : « Dieu premier servi ». Après avoir vécu leurs premiers mois de vie commune dans la continence, leur confesseur leur déconseille de poursuivre dans cette voie. Ils auront alors neuf enfants, qu’ils veulent élever « pour le ciel ». Ils connaîtront les difficultés, la maladie, la perte de quatre enfants en bas âge, mais rien n’altérera leur confiance en Dieu et l’amour vécu en famille. C’est ce dont pourra témoigner la plus célèbre de leurs cinq filles devenues religieuses : sainte Thérèse de l’Enfant Jésus. Dans « Histoire d’une âme » elle écrira : « Le bon Dieu m’a donné un père et une mère plus dignes du ciel que de la terre ».

Un cancer du sein emportera Zélie à 46 ans le 28 août 1877. Louis contractera la maladie d’Alzheimer avant de décéder le 29 juillet 1894.

Ce couple, dont le modèle de vie est proposé par l’Église, enseigne la sainteté au quotidien dans la vie conjugale, familiale et professionnelle.

Haut de page