Bienheureux André Abellon, prêtre

Bienheureux André AbellonLe bienheureux André Abellon est né à Saint-Maximin vers 1375. Ayant, jeune, entendu prêcher saint Vincent Ferrier, il entra au couvent des Frères prêcheurs de sa ville natale. Il fut un ardent et infatigable prédicateur dans toute la Provence. Maître en théologie, il enseigna ses frères dans de nombreuses maisons de son Ordre, notamment à Montpellier, Paris et Avignon. Il travailla activement à la réforme de la vie dominicaine, restaurant la discipline dans les couvents d’Arles, d’Aix et de Marseille, avant de devenir prieur du couvent royal de Saint-Maximin. Il obtenait « plus par sa bonté et par l’exemple de sa vertu que par des dispositions impatientes ». Très attaché à tout ce qui touche la splendeur du culte, il fut l’émule du bienheureux Fra Angelico par son art de peindre et se servit de l’attrait du beau pour élever les cœurs à l’amour des choses célestes (il devint célèbre comme illustrateur de livres). A Aix, il se dévoua magnifiquement auprès des malades lors de la peste de 1415. C’est là qu’il mourut le 15 mai 1450.

Haut de page