Dimanche de Pâques

Où règne la fidélité, l'Amour confirme la foi

Pour méditer :

Paques 2016 350Jésus avait préparé durant trois ans ses disciples à vivre le grand moment de sa mort et de sa résurrection. Son accompagnement se poursuit durant et après la croix. Il accompagne chacun dans la découverte de ce mystère de la Résurrection. Jésus ne peut exiger des hommes un acte de foi unique qui sublimerait toute souffrance et tout doute. La liturgie de la semaine de Pâques nous permet donc de contempler la délicatesse des différentes démarches de Jésus envers chacun de ses disciples.

Au jour de Pâques, le premier personnage qui nous est présenté est Jean, prototype de la foi et de l’amour envers le Seigneur.

« Entra l’autre disciple (Jean), lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit et il crut.

Jusque-là en effet, les disciples n’avaient pas vu que, d’après l’Ecriture, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts. » (Jn XX 8-9)

Les disciples ont vécu avec une telle intensité la fin atroce de Jésus, que leurs esprits encore sous le choc, ne pouvaient se laisser effleurer par l’idée de la résurrection. La condamnation comme « faux prophète » de la part du Sanhédrin (la plus haute instance juive) et sa mise à mort sur la croix comme le pire des brigands par les Romains, avaient anéanti tout espoir d’avoir rencontré en Jésus, le Messie. « Jusque-là, les disciples n’avaient pas vu que, d’après l’Ecriture, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts. » 

Le « il fallait » de la résurrection qui a suivi la crucifixion, donne à cet événement toute sa valeur dans le plan divin de salut. Le problème n’est pas tant de voir Jésus « bien vivant » que de comprendre et donc d’accepter ce plan. Pierre et Jean virent la même chose : un tombeau vide et cependant, l’un expérimente le déclic de la foi en la résurrection, l’autre aura besoin d’un évènement supplémentaire pour y parvenir. Jean semble avoir eu moins de difficultés que les autres disciples pour suivre Jésus dans la foi. Au pied de la croix, il est présent et il accueille les paroles de Jésus et les actualise immédiatement ; devant le tombeau vide, il est le premier à adhérer à la résurrection.

Certaines personnes ont une foi limpide : elles ont suivi docilement cette ouverture de l’esprit depuis leur tendre enfance. D’autres ont reçu en don une nature portée à donner « confiance ». Découverte la dimension spirituelle de leur être, elles y ont simplement appliqué leur qualité naturelle. Et puis, il y a ceux qui, après une expérience forte de rencontre avec le Seigneur, ont choisi de faire basculer leur vie à sa suite et désormais aucun doute ni aucune épreuve ne peut dévier la boussole de leur cœur vers d’autres horizons. Parfois, nous les envions, parfois aussi un peu rapidement, nous les méprisons. Jésus respecte le cheminement de chacun : il sait comment le rejoindre.

Pour rendre grâce :

Pour la graine de « confiance » semée dans le cœur humain, merci Seigneur ! C’est par ce « don » que peut se construire toute relation avec mes frères.

Par la résurrection, fais de moi un homme nouveau capable de respecter, de s’émerveiller du cheminement que tu opères en chaque personne.

→Méditation du lundi de Pâques