Jeudi de Pâques

Où règne le doute, la Miséricorde fait fleurir la foi

Pour méditer :

Jeudi de Paques 2016 400Différentes saisons ont habité le cœur des disciples après la mort de Jésus : la souffrance engendrée par l’absence, une absence qui a stimulé la recherche passionnée chez certains et le doute chez d’autres.

Il nous arrive à nous aussi de nous laisser pénétrer par ce dernier sentiment : comment réagissons-nous ? Entrons-nous dans le dynamisme où notre foi interpellée se met en recherche, ou bien glissons-nous dans la méfiance et l’affadissement de celui qui arrive en fin de compte à tout remettre en question, sans chercher vraiment de réponse ?

Jésus connaît la spirale de mort que peut engendrer une telle orientation du cœur. Nous allons voir comment, au travers de son accompagnement, il va faire naître du doute une dynamique de résurrection qui installe une paix nouvelle au fond du cœur.     
Cette fois, Jésus rend visite aux disciples dans le cénacle, et il leur dit : « Pourquoi êtes-vous bouleversés ? Et pourquoi ces pensées qui surgissent en vous ? La paix soit avec vous… voyez mes mains et mes pieds : c’est bien moi ! »

Dans leur joie, ils n’osaient pas y croire… il prit un morceau de poisson grillé et le mangea devant eux. Rappelez-vous les paroles que je vous ai dites quand j’étais avec vous… Alors il leur ouvrit l’esprit à l’intelligence des Ecritures… c’est vous qui en êtes les témoins. » (Lc XXIV 36-48)

Croire en la résurrection est réellement un acte de foi. C’est la confiance et l’amour qui conduisent le Père à ressusciter le Fils. Cet état final est dans la logique de la grande histoire d’amour : un amour né, partagé au sein de la Trinité, qui a été ensuite adressé à toute l’humanité.

C’est la démonstration d’amour extrême : il faut bien l’admettre, elle dépasse toutes les attentes humaines : donner sa vie pour ceux qui n’accueillent pas votre amour, cela ne se rencontre pas tous les jours !

Malgré la souffrance et la déception engendrées par la mort de Jésus, l’affection des disciples pour leur maître n’est pas encore éteinte. Cette paix qui naissait en sa présence et qui se répandait sur eux, ils en conservent encore la mémoire et la saveur. A l’interpellation « la paix soit avec vous », c’est tout leur être qui s’est mis à vibrer de joie en retrouvant cette présence tant appréciée. Mais cela ne suffit pas pour rendre leur doute dynamisant dans une recherche faite de questionnements. La Parole (comme invitation à la paix) redonne la joie et son geste (de partage du repas) engendre le silence. C’est au rappel des Ecritures que la reconnaissance sera pleine et définitive. A travers une lecture des Ecritures, Jésus met en lumière ce qui alimente leur doute, et y porte une lumière nouvelle. Leur esprit perçoit finalement les raisons d’un tel cheminement d’amour qui a conduit à la croix… mais aussi à la résurrection ! Le doute s’estompe pour faire place à une douce certitude : c’est bien Jésus dans toutes les dimensions de sa personne, qu’ils ont rencontré. L’amour a vraiment eu le dernier mot sur le mal comme la vie sur la mort ! Le Seigneur, leur Seigneur est vraiment ressuscité ! Tout ce qu’ils ont traversé aux côtés de Jésus a eu une raison d’être. Désormais, ils en seront les témoins : les voilà eux aussi ressuscités !

Au creux des souffrances de la vie, même face à l’expérience définitive de la mort, nous pouvons reconnaître le Ressuscité lorsque notre esprit et notre cœur saisissent en profondeur le rapport qu’il y a entre les évènements traversés et le projet salvifique de Dieu.

Pouvons-nous réellement croire en la Résurrection, vivre en ressuscité lorsque la barque de notre vie semble être malmenée par les flots ? lorsque l’eau semble vouloir la submerger ou lorsque le gouvernail brisé semble la porter à la dérive ? Chacun des évènements de notre vie nécessite une relecture pour qu’ils soient revisités par la présence ressuscitée du Seigneur, pour que de la mort puisse jaillir la vie !

Pour rendre grâce :

Je te remercie, Seigneur pour ta présence ressuscitée au cœur de nos vies !

Je te remercie pour tous les beaux désirs qui animent mon cœur et pour le temps que tu me concèdes pour les actualiser. Je désire apprendre à lire et accueillir les évènements du quotidien, fais que je prenne le temps de les faire visiter par ta Parole.

Méditation du mercredi de Pâques←   →Méditation du vendredi de Pâques