Vendredi de Pâques

Où règne la honte, la Miséricorde redonne confiance

Vendredi de Paques 2016 400Pour méditer :

La rencontre avec le Ressuscité permet à Pierre de passer de la honte à sa responsabilité restituée.
N’avons-nous pas, nous aussi, dû traverser de tels sentiments. Face à une situation où nous n’avons pas été à la hauteur, face aux déceptions que nous suscitons parfois chez nos proches, notre cœur ne se laisse-t-il pas envahir par la honte ? Au fond, sommes-nous vraiment à la hauteur de nos responsabilités ? Une envie terrible semble s’imposer : nous retirer de nos engagements. Nous accomplirons notre devoir, mais sans goût, sans créativité, en retrait de toute responsabilité.

Malgré le sens de culpabilité toujours en acte, comme pour Pierre qui avait renié trois fois le Seigneur, la vie doit reprendre son cours. Dans l’évangile de Jean, Jésus semble attendre cet acte de volonté de la part de Pierre pour venir à sa rencontre, pour le relever du plus profond de sa déprime.

Jésus appelle les disciples au milieu du lac, alors qu’ils ont pêché inutilement toute la nuit : « Les enfants, auriez-vous un peu de poissons ? … Jetez le filet et vous trouverez ». (Jn XXI 5-6)

Le cœur et la pensée ne sont pas à la pêche : même l’activité semble démontrer à Pierre qu’il est improductif, impropre à la responsabilité que le Seigneur lui avait attribuée. Mais Jésus s’approche avec toute sa tendresse : « Les enfants… » Il attend que Pierre lui notifie l’infertilité de son travail pour donner un signe tangible de sa présence toujours aussi efficace. Pierre a dû alors se remémorer cette parole du Seigneur qu’il n’avait pas comprise en son temps : « sans moi, vous ne pouvez rien faire ! » La mission, la capacité de l’actualiser, les fruits qu’elle produit : tout est don de Dieu ! Dans la mesure où nous mettons à disposition du Seigneur nos talents, il œuvre. Le Royaume grandit car Jésus est alors présent dans sa construction.

Face aux petits et aux grands échecs de la vie, laissons le Seigneur venir suppléer à nos limites et à nos faiblesses. Elles lui donnent la possibilité de nous manifester sa présence efficace et bénéfique. Comme Pierre, retournons à notre tâche, à notre responsabilité, en sachant que le Seigneur, devant la volonté d’accomplir notre devoir, peut faire fleurir l’amour et la créativité dans ce service.

Accueillons aujourd’hui toutes les situations qui nous feront percevoir nos limites, mais n’oublions pas que l’amour que le Seigneur nous réserve n’en est pas conditionné. Et si la prise de conscience de nos limites nous aidait à accepter celles des autres et à laisser le Seigneur agir dans notre vie ? Alors, de la mort jaillirait la vie !

Pour rendre grâce :

Pour l’estime et la confiance toujours renouvelées que tu m’offres, merci Seigneur !

Pour ta présence, signe de pardon et dynamisme de résurrection au creux de mes faiblesses, merci Seigneur !

Aide-moi à regarder en face mes limites et mes fautes et à accueillir les manifestations de ta Miséricorde.

Méditation du jeudi de Pâques←   →Méditation du samedi de Pâques