Sainte Marie-Elisabeth Hesselblad

Bienheureuse Marie Elisabeth HesselbladElisabeth Hesselblad est née à Faglavik (sud-ouest de la Suède), dans une famille luthérienne le 4 juin 1870. Très jeune, réalisant que ses camarades de classe appartiennent à diverses confessions chrétiennes, elle se demandera : « Où est le vrai bercail du Christ ? ».

Elle contracte très jeune plusieurs maladies qui lui laisseront des séquelles pour toute la vie. Cela ne l’empêchera pas de s’embarquer en 1888 pour l’Amérique afin d’aider financièrement sa famille en étant infirmière à l’hôpital Roosevelt.

En 1900 elle revient en Europe et à l’occasion d’un voyage à Bruxelles assiste avec des amies catholiques à une procession du Saint-Sacrement à la cathédrale Sainte-Gudule. Estimant n’avoir à s’agenouiller que devant Dieu seul, elle s’écarte pour ne pas choquer ses compagnes agenouillées. Mais bientôt elle fut troublée et tomba à genoux. Elle alla trouver un prêtre qui la préparera, la recevra dans l’Église en la fête de l’Assomption et lui donnera la Sainte Communion quelques jours plus tard.

Fin 1902 elle part en pèlerinage à Rome et visite, place Farnèse, la maison où sainte Brigitte de Suède a vécu pendant 19 ans alors occupée par des Carmélites. Elle y reviendra deux ans plus tard pour s’y consacrer entièrement à Dieu. Malgré sa santé chancelante elle reçoit l’habit gris des Brigittines et fait profession le 22 juin 1906 en la fête du Sacré-Cœur. Elle est mue par le désir de promouvoir l’unité des chrétiens et le retour de son pays au catholicisme, tout en diffusant la dévotion aux saintes suédoises Brigitte et Catherine, dont elle développera l’ordre.

Elle fonde un premier couvent en Suisse puis un autre en Angleterre. Lorsque les Carmélites quittent leur maison de Rome, Elisabeth et ses religieuses s’y installent. En 1935 elle fonde un couvent brigittin dans son pays à Vadstena et un autre au sud de l’Inde.

Au cours de la seconde guerre mondiale elle hébergera de nombreux juifs dans son couvent de la place Farnèse à Rome, ce qui lui vaudra d’être reconnue « juste parmi les nations » en 2004.

Elle s’est éteinte le mercredi de Pâques, le 24 avril 1957 et a été canonisée le 5 juin 2016.

Haut de page