Saint Benoît (Ange) Menni, prêtre

St Benoit MenniAngelo Ercole Menni est né à Milan le 11 mars 1841, cinquième d’une famille de 15 enfants. Tous les soirs la famille récitait le chapelet en commun.
A 17 ans, après un passage dans une banque, Angelo Ercole décide de se consacrer à Dieu. Lors de la bataille de Magenta, il se porte volontaire comme brancardier et prend grand soin des blessés qui lui sont confiés. Sa vocation est née, il entre au noviciat des Frères de Saint-Jean-de-Dieu, à l’hôpital Sainte Marie d’Aracoeli de Milan le 1er mai 1860 et y fait profession sous le nom de Frère Benoît.
Après des études philosophiques et théologiques à Lodi et à Rome, il est ordonné prêtre en 1866. Un an plus tard, le pape Pie IX, à la demande du général de l’ordre des frères hospitaliers, l’envoie en Espagne restaurer l’Ordre hospitalier de Saint-Jean-de-Dieu.
Il arrive dans un pays ravagé par les lois anticléricales, qui le contraindront à vivre d’abord dans la clandestinité et à surmonter de multiples obstacles.
Il commencera par créer un hôpital pour quelques enfants. Menacé, expulsé à plusieurs reprises, il reviendra clandestinement en Espagne, en passant même une fois par le Maroc, et persévérera sans cesse dans la tâche qui lui avait été fixée. En 1877, il ouvrira un hôpital psychiatrique doté d’équipements modernes et en 1881, avec deux jeunes filles de Grenade, fondera la congrégation des sœurs hospitalières du Sacré-Cœur de Jésus.
En 1884, il est nommé provincial d’Espagne. A la fin de son mandat en 1903, l’Ordre comptait une quinzaine de maisons en Espagne, au Portugal et au Mexique. Au cours de cette période, il eut à subir une campagne de diffamation en Espagne fomentée par les journaux anticléricaux, suivie d’une dénonciation auprès du Saint-Office. Complètement innocenté, il fut nommé en 1909 par le Saint-Siège visiteur apostolique de l’Ordre et en 1911, par saint Pie X supérieur général des Frères de Saint-Jean-de-Dieu. Il préféra donner sa démission l’année suivante après une contestation infondée au sein même de son Ordre. Tombé malade à Paris, on le transféra dans la maison de Dinan où il mourut en peu de jours, le 24 avril 1914. Son corps a été transféré à Ciempozuelos, en Espagne.

Haut de page