Saints Luc-Alphonse Gorda et Matthieu Kohioye, martyrs

À Nagasaki au Japon, en 1634, les saints martyrs Luc-Alphonse Gorda, prêtre, et Matthieu Kohioye, religieux, tous deux dominicains, mis à mort, sous le chef suprême Tokugawa, le premier pour avoir été un intrépide ministre de l’Évangile, d’abord aux îles Philippines, puis pendant dix ans au Japon, le second, âgé de dix-huit ans, son compagnon pour propager la foi et en témoigner.

Saint Philippe Howard, martyr

Saint Philip HowardComte d'Arundel et de Surrey, il menait une vie dissolue à la cour de la reine Elizabeth. Il assista au procès contre saint Edmond Campion, saint Ralph Sherwin et d'autres à la Tour de Londres et en fut très impressionné. Il se convertit au catholicisme en même temps que quelques membres de sa famille, fut trahi, arrêté et emprisonné. Condamné à mort, il mourut en prison au bout de plusieurs années, en 1595

Saint Paul de la Croix

Saint Paul de la CroixNé près de Gênes, dans une famille de 16 enfants, à l'époque rationaliste et a-religieuse du "Siècle des Lumières", Paul Danei connaîtra, jeune homme, des visions divines qui le conduisirent à vouloir fonder un Ordre religieux consacré à la Passion du Sauveur. Il put réaliser cette vocation à 26 ans, grâce à son évêque qui autorisa «les clercs déchaussés de la Croix et de la Passion» qui seront appelés plus tard les «Passionistes». Le Pape Benoît XIV approuva leurs règles en 1746 mais dut l’adoucir. Ses trois fondements sont : l'esprit d'oraison, la solitude et la pauvreté. Une branche contemplative féminine rejoindra cette spiritualité soutenant, par leur prière, l'action missionnaire des frères.

Saint Joël, prophète

Saint JoëlJoël est l'un des douze "petits prophètes" de l'Ancien Testament (4ième siècle avant J.-C.). On ne sait rien de sa vie sinon qu'il devait exercer des fonctions liturgiques au Temple. Il est surtout le prophète de l'effusion de l'Esprit, de la Pentecôte et aussi de la pénitence. Il prophétisa dans le Royaume de Juda et surtout à Jérusalem. Par-delà les menaces pour exhorter son peuple au vrai repentir, il nous fait entrevoir le retour de la faveur divine qui répandra l'Esprit-Saint sur toute chose : "Il arrivera après cela que je répandrai mon Esprit sur toute chair." (Joël 3.1)       
Le martyrologe y joint Néhémie qui releva Jérusalem dans les années 440 avant Jésus-Christ et rétablit la vie religieuse autour du Temple. L'on fête aussi Zorobabel qui vivait à la même époque et qui est cité parmi les ancêtres de Jésus (Matthieu 1. 12)   

Saint Jean de Brébeuf et ses compagnons, martyrs

Saint Jean de BrebeufOn célèbre en ce jour dans une seule et même vénération plusieurs martyrs jésuites du Canada.

Jean de Brébeuf, aristocrate normand et Antoine Daniel rejoignent la mission jésuite du Canada en 1633. L’année suivante, ils s’établirent auprès des Hurons, dans le comté de Simcoe. En 1638 se joignent à eux Isaac Jogues, athlète et érudit, et Charles Garnier, puis René Goupil comme laïc et médecin. Tous furent attaqués en août 1642 par les Iroquois et abominablement torturés (sauf René Goupil, tué d’un coup de tomahawk) avant d’être tués, dépecés et mangés. Seul Isaac Jogues put s’échapper. Il revint en mission vers 1644 avec le laïc Jean de La Lande mais, cette fois, il subit, avec lui, le même sort que ses compagnons, le 18 octobre 1644.

Leurs autres confrères, les saints Gabriel Lalemant, Charles Garnier et Noël Chabanel, sur le territoire du Canada, après beaucoup de travaux menés dans la mission auprès des Hurons pour annoncer aux peuples de cette région l’Évangile du Christ, tombèrent aussi martyrs, à des jours divers entre 1642 et 1649.

Bienheureuse Agnès de Langeac

Bienheureuse Agnès de LangeacAgnès Galand, naît en 1602 au Puy-en-Velay, au foyer d’un modeste artisan. Vers 7 ans, tandis qu’elle monte à la cathédrale, Agnès pense aux misères d’un homme supplicié qu’elle a vu et qui a bouleversé son cœur. Elle a prié pour lui toute la nuit. Au cours de l’eucharistie, elle entend ces paroles au fond du cœur : " Rends-toi esclave de la Sainte Vierge et elle te protègera ". Elle se donne alors tout entière à la Vierge Marie. En signe de cette consécration, elle prend dans l’atelier de son père une chaîne qu’elle portera autour de la taille et, enfant, se met à l’aide de son confesseur à l’école de l’oraison : " Allons mon âme, il faut se tenir un petit quart d’heure devant Dieu et être bien attentive à lui. ", et le quart d’heure largement écoulé : " Poursuivons et passons à la demi-heure. " En 1623, à 21 ans, elle entre au monastère dominicain de Langeac. Elle en devient bientôt la prieure et assume ses responsabilités avec bienveillance et amour de ses sœurs. Par ses prières et ses conseils, elle va guider Monsieur Olier vers la fondation des premiers séminaires. Elle meurt le 19 octobre 1634, en laissant comme charge spirituelle à ses filles de prier pour les prêtres et les vocations sacerdotales.

Lundi 19 Juin 2017
Haut de page