Sainte María Maravillas de Jesús

Sainte María Maravillas de JesúsPidal y Chico de Guzmán, née en Espagne en 1891, reçut le nom de María Maravillas de Jesús, en entrant au Carmel. Au cours de la persécution religieuse, Mère Maravillas brilla par son esprit de réparation, par sa force, sa sérénité et sa confiance dans le Seigneur. Animée par une foi héroïque, elle affronta ensuite les oppositions internes à l’ordre même du Carmel, retrouvant la fidélité à son charisme à travers une vocation austère, plaçant Dieu au centre de son existence. Elle fut ainsi à l'origine de dix nouvelles fondations façonnées par l'esprit caractéristique de la réforme thérésienne. Sa vie contemplative et la clôture du monastère ne l'empêchèrent pas de répondre aux besoins des personnes qu'elle fréquentait et de promouvoir des œuvres sociales et caritatives autour d'elle. Elle mourut en 1974.

Saint Daniel le Stylite

Saint Daniel le styliteOriginaire d'Asie Mineure, il passera les trente-trois dernières années de sa vie sur une colonne, au bord du Bosphore, c'est-à-dire une petite plate-forme montée sur deux piliers et entourée d'une balustrade. Il exhortait les fidèles qui venaient à ses pieds et laissait monter ceux qui voulaient lui parler. Il mourut en 489.

Saint Damase Ier, pape

Saint DamaseOn convient que saint Damase était d'origine espagnole, où il naquit, vers l'an 304. Étant venu à Rome avec sa famille, il entra dans les ordres sacrés. Le pape saint Libère en fit son archidiacre et lui confia la charge de le représenter auprès des empereurs Valens et Valentinien. En 355, Libère, gardien de la foi de Nicée et défenseur de saint Athanase, fut enlevé de son siège par ordre de l'empereur Constance. Ne se contentant pas de témoigner de sa fidélité au souverain pontife, Damase voulut l'accompagner jusqu'en Thrace. Après le décès de Libère, saint Damase, alors âgé de soixante-deux ans, fut élu pour lui succéder en 366.
On lui opposa un antipape durant quelque temps. Malgré ces difficultés, saint Damase soutint avec courage la foi orthodoxe, travailla à l’unité de l’Église, au développement des études bibliques, donna un éclat sans pareil au culte des martyrs dont il enrichit les tombeaux d’épitaphes qui font de lui un des premiers poètes latins chrétiens. Il mourut octogénaire, en 384, après avoir gouverné pendant dix-huit ans l'Église de Jésus-Christ avec un dévouement inlassable et une sagesse éprouvée.

Bienheureux Martin et Melchior, martyrs

Martin et Melchior Martin de Saint-Nicolas et son compagnon de martyre, Melchior de Saint-Augustin étaient tous deux espagnols. Ils entrèrent chez les Augustins Récollets, l'un en 1618 et le second en 1617. Envoyés aux Philippines puis au Japon, ils furent arrêtés, jetés dans une cellule obscure et enfin brûlés vifs à Nagasaki en 1632.

Bienheureux Franco Lippi, ermite

Bienheureux Franco Lippi ermite Né à proximité de Sienne, il passa sa jeunesse en mauvaise compagnie et devint chef d'une bande de voyous. Fuyant la justice, il rejoignit un groupe de brigands, dont il était le plus criminel. A 50 ans, il devint aveugle, se repentit, se convertit totalement et devint célèbre par l’extrême rigueur de sa pénitence. Il fit le pèlerinage de Compostelle, recouvra la vue, fut absous par le pape Grégoire X, puis accepté chez les Carmes comme religieux frère, à l'âge de 60 ans. Il se signala par sa grande ferveur dans cette vie nouvelle. Il mourut en 1291.

Bienheureux Arthur Bell, martyr

Bienheureux Arthur Bell, martyr Né en 1590, il étudia à Saint-Omer au collège anglais puis alla à Valladolid en Espagne. Ordonné prêtre dans l’ordre franciscain en 1618, Arthur prit le nom de François. Il travailla à Douai, à Gravelines, puis fut transféré à Bruxelles. Il parlait plusieurs langues et ses dons l'amenèrent à faire de nombreuses traductions. Il fut professeur d'hébreu et de langues sacrées auprès des novices franciscains et des jeunes prêtres dont Jean Woodstock et Henri Heath qui furent martyrisés avec lui, Thomas Bullaker et Walter Colman. Nommé provincial pour l'Ecosse, il passa quelque temps en Espagne puis rejoignit l'Ecosse en 1633 et l'Angleterre en 1634. Il continua son travail clandestin jusqu'à son arrestation en 1643. Condamné à mort le 9 décembre, sous le roi Charles Ier uniquement à cause de son sacerdoce il subit les supplices du gibet à Tyburn le 11 décembre.

Bienheureuse Marie-Pilar Villalonga Villalba, martyre

Marie Pilar Villalonga VillalbaNée en 1891, elle fut fusillée le 11 décembre 1936 pour avoir hébergé des prêtres, à Burjassot près de Valence en Espagne, lors de la persécution déclenchée au cours de la guerre civile espagnole.

Jeudi 07 Décembre 2017
Haut de page