Saint Casimir

Saint Casimir Il est le deuxième des treize enfants du roi de Pologne, Kazimierz Jagellon le Grand. Il a treize ans quand son père lui commande d'aller ceindre la couronne de Hongrie. Mais il devra livrer bataille. Casimir refuse une couronne qu'il lui faudra conquérir dans un bain de sang chrétien. "J'ai en vue, écrit-il alors, une union de la Hongrie avec la Pologne, mais pas une guerre fratricide". Régent de Pologne en l'absence de son père, prince intelligent et généreux, il accomplit ses fonctions avec conscience et justice. Atteint de tuberculose pulmonaire, il refuse les moyens qu'on lui propose pour sauver sa vie. Il avait fait vœu de chasteté. Au milieu d'une cour luxueuse, il sut garder un grand amour des pauvres et de la pauvreté grâce à une vie de prière intense. Il mourut en 1484.

Bienheureux Zoltan Ludvik Meszlènyi, évêque et martyr

Bienheureux Zoltan Ludvik Meszlènyi évêque et martyrZoltan Ludvik Meszlènyi, évêque hongrois, fut emprisonné dans une cellule, sous le régime communiste soviétique, fenêtre ouverte jour et nuit même en hiver et plusieurs fois torturé, sur les ordres du dictateur stalinien hongrois Matyas Rakosi pour avoir pris la tête de l'église catholique hongroise après l'emprisonnement de son prédécesseur, Joseph Mindszenty, un farouche opposant au régime en place. Il serait mort le 4 mars 1951 ou le 11 janvier 1953 à Kistárcsa. Ses restes furent enterrés en secret en 1966 dans la cathédrale d'Esztergom.

Bienheureux Mitslas Bohatkiewicz, Ladislas Mackowiak et Stanislas Pyrtek, prêtres et martyrs

Bienheureux Mitslas Bohatkiewicz Ladislas Mackowiak et Stanislas Pyrtek prêtres et martyrsLa Lituanie n'était plus indépendante, une partie avait été annexée par la Pologne en 1919, quand Mitslas fut ordonné prêtre en 1933 à Vilnius. Il exerça son ministère sacerdotal comme curé à Dryssa jusqu'au moment de l'invasion nazie. Arrêté en 1942, il fut fusillé deux mois plus tard à Berezwecz, actuellement en Biélorussie, dans le diocèse catholique de Minsk. Avec lui furent également martyrisés les prêtres Ladislas Mackowiak et Stanislas Pyrtek.

Bienheureux Humbert III de Savoie

Bienheureux Humbert III de SavoieComte de Savoie, il se sentait attiré par la vie monastique et souvent se rendait au monastère d'Aulps. Mais il sacrifia son attrait pour la solitude aux devoirs de sa charge. Resté veuf et sans enfant, après la mort de sa première épouse, et à la demande de ses sujets qui voulaient garder cette famille à la tête de leur pays, il contracta successivement deux mariages.
Valeureux dans les combats, juste et modéré dans les victoires, il avait conquis l'estime de ses contemporains au point que le roi d'Angleterre le choisit comme médiateur dans son royaume. Dès que son fils fut en âge de gouverner, il se retira au monastère de Hautecombe où son assiduité aux offices, son humilité dans les tâches les plus simples et sa charité firent l'admiration de tous. Il mourut en 1189.

Bienheureux Christophe Bales, prêtre et martyr

Né à Coniscliffe dans le Dutham en Angleterre, il fit ses études au séminaire anglais de Douai. Passé en Angleterre en 1588, identifié comme prêtre catholique, il fut pendu deux ans plus tard, en 1590, pour sa fidélité à l’Église romaine sous la reine Elisabeth Ière.

Bienheureuse Eulalie Placide Viel

Bienheureuse Eulalie Placide VielNée dans une ferme de la région d'Avranches en Normandie, elle rencontra sainte Marie-Madeleine Postel, fondatrice des Sœurs des Écoles chrétiennes. Elle entra dans cette congrégation où elle fut assistante générale à l'âge de 26 ans puis succéda à la sainte fondatrice à l'âge de 31 ans. Elle connut bien des jalousies de la part de certaines sœurs, jusqu'au jour où elle obtint l'approbation pontificale pour son institut. Malgré une grande timidité, elle sut mener, avec audace et pour eux, une vie de charité au service des pauvres. Elle sut s'y sacrifier pleinement jusqu’à sa mort, en 1877.

Jeudi 29 Octobre 2020
Go to top