Sainte Praxède

Sainte PraxedePraxède est la fille de saint Pudence, sénateur romain, ami des apôtres après sa conversion par saint Paul. C’est la sœur de sainte Pudentienne.

Au temps où l’empereur Marc-Aurèle persécutait les Chrétiens, Praxède, qui avait consacré à Dieu sa virginité, assistait les fidèles de ses richesses et de ses soins, les consolait, et leur rendait tous les devoirs de la charité. Elle cachait ceux-ci dans sa maison, exhortait ceux-là à persévérer dans la foi, ensevelissait les corps des autres. Elle ne manquait en rien à ceux qui étaient enfermés dans les cachots ou traités en esclaves. Elle construisit un baptistère et une chapelle dans sa maison où les catéchumènes venaient nombreux. Mais un jour l’empereur envoya des gardes qui massacrèrent de nombreux chrétiens tout en épargnant Praxède. Ne pouvant supporter un tel massacre de chrétiens, elle demanda à Dieu de l’arracher au spectacle de si grands malheurs, si toutefois il lui était avantageux de mourir. Aussi fut-elle appelée au ciel quelques temps plus tard. Son corps fut déposé, par le Prêtre Pastor, dans le sépulcre de son père et de sa sœur Pudentienne, au cimetière de Priscille, sur la voie Salaria. Le pape Pascal Ier fit construire entre 817 et 824 la basilique Sainte-Praxède de Rome où est conservé un morceau de la colonne à laquelle était attaché le Christ lors de sa flagellation.

Saint Victor, martyr

Saint Victor, martyrLe culte de saint Victor, à Marseille, et la date de sa fête remontent à la fin de l’antiquité. On situe le martyre de Victor lors de la persécution de l’empereur Dioclétien (303-304). Depuis, son souvenir a été conservé autour de son tombeau où fleurit très tôt la vie monastique, vécue comme la profession de foi héroïque qui prolonge le témoignage de ceux qui eurent à verser leur sang pour le Christ. Les œuvres de saint Jean Cassien vont diffuser le culte de saint Victor à travers toute l’Europe. Dès le VIème siècle des textes en font un évêque de Marseille alors que d’autres le présentent comme soldat. Quoiqu’il en soit, avec fidélité, le peuple chrétien ne cesse d’honorer dans les cryptes de l’antique abbaye Saint-Victor de Marseille le souvenir des martyrs associé au culte de Notre Dame de Confession, sur le lieu de la « confession des martyrs. »

Parmi ses compagnons, l’ancien calendrier mentionnait saint Deuthère (ou Eleuthère), confesseur.

Saint Laurent de Brindes, prêtre et docteur de l’Église

Saint Laurent de BrindesLaurent de Brindisi (1559-1619), capucin de Vérone, était un homme de grande culture, éminemment doué pour l'action, mais plus encore un vrai fils de saint François, simple et accueillant. Il travailla ardemment à la Réforme catholique à travers toute l'Europe centrale et il fut l'âme de la Croisade contre les Turcs en Hongrie (1601).

Saint Euloge d’Alexandrie

Saint EulogeEuloge était Syrien de naissance. Étant encore jeune, il embrassa la vie monastique et fut ordonné prêtre par saint Anastase à Antioche. En 578 il fut élu patriarche d'Alexandrie. Pendant les 27 ans de son épiscopat, il lutta contre les hérésies essentiellement par diverses publications contre les monophysites et les novatiens. Euloge se lia d’amitié au pape saint Léon le Grand et il écrivit plusieurs œuvres pour sa défense. Il jouit de l'amitié du pape saint Grégoire le Grand (590-604), qu'il avait rencontré à Constantinople lorsque celui-ci était ambassadeur du Saint Siège ; on conserve neuf lettres du pape qui lui sont adressées personnellement et saint Grégoire écrit de lui : « Il n’est pas loin de moi, car il ne fait qu’un avec moi. » Euloge mourut en 607.

Go to top