Sainte Rafqa Ar-Rayes, religieuse

Sainte Rafqa Ar Rayes« Soeur Rebecca », Rafqa Al-Rayès est née en 1832 à Himlaya au Liban. Orpheline, maltraitée par une belle-mère acariâtre, elle attendit d'avoir atteint vingt et un ans pour entrer dans la vie religieuse et devenir enseignante dans un institut que venait de fonder le père Gemayel. En 1860, elle vécut le massacre des chrétiens dans la montagne. Quand le jeune institut fut dissous, elle choisit d'entrer dans l'Ordre Baladite, de religieuses maronites libanaises. Elle mourut aveugle et infirme en 1914, ayant offert à Dieu le sacrifice de sa vie pour son peuple martyrisé.

Saint Joseph Oriol, prêtre

Saint Joseph Oriol prêtreNé à Barcelone en 1650, orphelin de père à 18 mois, Joseph fut élevé avec une grande affection par son beau-père. Grâce à l'aide charitable de quelques prêtres, il put, malgré ses origines modestes, poursuivre ses études, conquérir le grade de docteur en théologie et recevoir le sacerdoce. Affecté à une paroisse de Barcelone, il vécut pauvrement dans une mansarde, partageant son temps entre le ministère du sacrement de pénitence et le dévouement auprès des plus démunis. Il mourut en 1702.

Saint Alphonse Turibe de Mogrovejo, évêque

Alfonso de MogrovejoAlfonso de Mogrovejo né à Majorque en Espagne en 1538. Il étudie à Valladolid, puis à l’Université de Salamanque où il devient professeur de droit. En 1571, même s’il est toujours laïc, le roi Philippe II lui offre de devenir juge en chef de la cour ecclésiastique de l’Inquisition à Grenade. Puis, en 1580, il est sélectionné pour faire partie d’une mission d’évangélisation au Pérou. Il refuse d’abord, prétextant qu’il ne peut faire partie d’une telle mission puisque laïc. Il est donc ordonné prêtre, puis consacré évêque, et enfin envoyé à Lima où il débarque en 1581. Il s’intègre très bien aux populations locales qu’il traite avec respect. Par trois fois, il mena une vaste visite pastorale de sept ans pour rencontrer chacun des fidèles, dans un diocèse immense. Il sut s’opposer au pouvoir royal et aux potentats locaux; il fonde de nombreuses églises, monastères et hôpitaux, de même qu’un des premiers séminaires sur le sol américain. Doux, patient, habile, d'un courage indomptable, il transforma l'état des choses au Pérou, rendant à chacun sa dignité d'homme. Il tombe malade alors qu’il se trouve à Pacasmayo et décède peu de temps après en 1606.

Bienheureux Pierre Higgins, prêtre et martyr

Peadar Ó Huiggin, né près de Dublin, est ordonné prêtre dominicain en 1627 en Espagne où il avait étudié la théologie. De retour en Irlande en 1630 il devient prieur du monastère de Naas. En 1641, lors de la rébellion contre les Britanniques, il accueille les sans-abris, essaye de calmer la violence et de sauver des vies. Arrêté en 1642, il est emmené à Dublin et comme il refusait de renier sa foi il est pendu sans jugement le 23 mars 1642.

Bienheureux Méthode-Dominique Trcka, prêtre et martyr 

Metod Dominik Trcka Metod Dominik Trcka plaça toute son existence au service de la cause de l'Evangile et du salut de ses frères, arrivant jusqu'au sacrifice suprême de sa vie. En tant que Supérieur de la Communauté rédemptoriste de Stropkov, en Slovaquie orientale, il accomplit une activité missionnaire fervente dans les trois éparchies de Presov, Uzhorod et Krizevci. Lors de l'avènement du régime communiste, il fut déporté, comme les autres rédemptoristes, dans un camp de concentration. Là, toujours soutenu par la prière, il affronta avec force et détermination les peines et les humiliations pendant douze ans. Son calvaire prit fin dans la prison de Leopoldov, où, en raison des privations et des maladies, il s'éteignit en 1959 après avoir pardonné à ses bourreaux.

Bienheureux Edmond Sykes, martyr

Né à Leeds en Angleterre, il étudie au collège de Reims en France où il est ordonné prêtre le 21 février 1581 et renvoyé dans son pays le 5 juin. Il arpente son Yorkshire natal avec un grand zèle mais sa force faiblit. Il est trahi par un renégat qui profite de sa mauvaise santé. Emprisonné pendant six mois, il est condamné à l'exil et le 23 août 1585, il est transféré au château de Kingston et renvoyé par mer. Il va jusqu'à Rome où il est reçu au collège anglais; il comprend que sa mission est de rentrer en Angleterre où il est à nouveau trahi et emprisonné, condamné comme traître et martyrisé le 23 mars 1587 à York.

Bienheureuse Marie-Anne Biernacka, martyre

Marie Anne BiernackaMarie-Anne Biernacka, naquit à Lipsk en Pologne en 1888, au sein d’une famille orthodoxe. À l’âge de 17 ans, en 1915, en même temps que le reste de sa famille, elle devint catholique de rite latin. Quand elle eut 20 ans, elle épousa Louis Biernacki et de leur union naquirent six enfants. Après le décès de son mari, elle alla vivre chez son fils Stanisłas et sa femme Anne. Parmi les gens de son village, elle était connue pour sa bonté et sa profonde vie religieuse. Quand, le 1er juillet 1943, eut lieu une rafle de représailles organisée par les autorités allemandes, on procéda à de nombreuses arrestations dont sa belle-fille alors enceinte. Mariana se proposa pour remplacer celle-ci, afin de sauver la mère et l'enfant qu'elle portait. Les otages furent incarcérés à la prison de Grodno. Marie-Anne portait comme seul trésor son chapelet. Le 13 juillet 1943, elle fut passée par les armes à Naumowicze, près de Grodno, actuellement en Biélorussie, sans autre forme de procès.

Haut de page