Saint Raoul, évêque de Bourges

Raoul était fils de Raoul comte de Quercy, proche parent de Wiffroi comte de Bourges, et comme ce dernier, proche parent de la maison royale de France. En 823 il entra à l’abbaye de Solignac en Limousin fondée au VIIe siècle par saint Eloi et il en devint abbé quelques années plus tard. Après avoir aidé à la fondation de plusieurs monastères il fut sacré évêque de Bourges à la fin de 842 dans une période troublée par les guerres que menait Charles le Chauve contre Pépin II, roi d’Aquitaine et descendant direct de Charlemagne. En 845 il participa aux négociations entre les deux belligérants, et en 855 il sacra solennellement roi d’Aquitaine, à Limoges, Charles le Jeune fils de Charles le Chauve malgré son amitié avec Pépin II. Raoul participa à plusieurs conciles, celui de Meaux en 845, de Toul en 859, de Tousy en 860 et de Pitres en 862. Il fut le premier prélat de Bourges qui obtint du pape la qualité de Primat des Aquitaines et des Narbonnaises, au grand dam de l’archevêque de Narbonne. Respecté de tous il rédigea quarante-cinq capitulaires, ou instructions pastorales, pour les prêtres de son diocèse dans lesquelles il indiquait les règles qu’ils devaient observer et qui sont toujours d’actualité, à partir des instructions des pères de l’Église et des canons conciliaires. Il mourut en 866.

Saint Louis de Gonzague

Saint Louis de GonzagaLouis de Gonzague (1568-1591) mourut à vingt-trois ans pour avoir pris un pestiféré sur ses épaules. C'était le couronnement d'une vie qui, du château de Castiglione au noviciat des Jésuites de Rome, s'était déroulée toute droite. Mais cette rectitude avait été acquise au prix d'un effort héroïque de maîtrise de soi par fidélité au plus haut amour.

Saint Joseph Isabel Flores, prêtre et martyr

Jose Isabel FloresJoseph Isabel naît à Santa Maria de la Paz au Mexique le 28 novembre 1866. Devenu prêtre, il est nommé curé de la paroisse de Zapotlanejo, à Jalisco, dans son diocèse natal. Il y restera vingt-six ans. Il était connu pour sa charité, son abnégation, mais aussi son amour de la pauvreté évangélique, sa piété et sa sagesse.

Pourtant, au moment de la persécution anticatholique qui empira à partir de 1924 sous l’action du gouvernement Calles, un ancien compagnon auquel il avait offert sa protection le dénonça aux autorités locales. Il fut arrêté et jeté en prison le 18 juin 1927, alors qu’il se dirigeait vers un ranch où il allait célébrer la messe.

Le 21 juin, il fut conduit de nuit dans le cimetière du village par une escorte de militaires. Arrivés là, ils choisirent un arbre, passèrent une corde à l’une des branches et attachèrent ensuite la corde autour du cou de Joseph Isabel. Commença alors, un petit jeu : le suspendre jusqu’à un début d’asphyxie puis le redescendre ensuite pour qu'il respire. Finalement le chef ordonna qu’on le fusille, mais le soldat chargé de cette besogne ayant reconnu le prêtre qui l’avait baptisé, refusa de tirer. Il fut immédiatement tué ainsi que Joseph Isabel.

Saint Aurélien d’Arles

Aurélien naît en 499 dans une famille aristocratique burgonde illustrée par son grand-père, saint Rustique, son père, Sacerdos, et son cousin germain saint Nizier (qui seront tous trois archevêques de Lyon, respectivement de 494 à 501, de 542 à 552 et de 553 à 573).

Lui-même sera placé en 546 sur le siège prestigieux d’Arles, qui jouit du pallium et d’un « vicariat » sur les Gaules, par la grâce de Childebert Ier roi des Francs. A Arles, Aurélien déploie une intense activité, il fonde en 548 le monastère des Saints-Apôtres en bordure de ville et un autre dans les murs pour les femmes, qu’il dote de règles d’inspiration bénédictine. Il participe au concile d’Orléans en 549. On voit encore Aurélien intervenir auprès du pape Vigile retenu à Constantinople et pressé par l’empereur Justinien de céder sur la question des « Trois chapitres », en marge de la querelle du monophysisme ; il reçoit du pape une réponse datée du 29 avril 550. Appelé par Childebert, il meurt en chemin en 551 et est inhumé à Lyon dans l’église Saint-Nizier.

Go to top