Saint Chad ou Ceadda de Liechfield, évêque

Frère de saint Cédric, abbé de Lastingham, à York en Angleterre, il y pratiqua la stricte observance de la règle de saint Columba. Évêque d'York, il sut s'effacer humblement lorsque cette charge lui fut retirée par saint Théodore, archevêque de Cantorbéry, et il fixa son siège épiscopal à Lichflield où il mourut peu après, en 672. Ses reliques sont conservées dans la cathédrale de Birmingham.

Bienheureux Charles le Bon, martyr

Charles le bonCharles Ier de Flandre, dit Charles le Bon, né Charles de Danemark vers 1083, est le fils du roi du Danemark Knut IV et d'Adèle de Flandre. Son père ayant été assassiné en 1086, il est emmené par sa mère en Flandre où il grandit à la cour de son grand-père Robert Ier et de son oncle Robert II. Il part à la croisade en 1096 puis devient un proche conseiller du nouveau comte Baudouin VII. En 1118, il épouse l'héritière du comte d'Amiens, Marguerite de Clermont. En 1119, il devient comte de Flandre, titre qu’il devra défendre vaillamment face à de nombreux opposants. Charles de Danemark gagne rapidement une réputation de grande vertu et de générosité envers les pauvres, ce qui lui vaut son surnom de “bon”. Sa bonté s’exerçait sans affectation ; il est bon sans être faible, et naturellement fort pieux. Sa réputation est telle que le siège impérial et le trône de Jérusalem lui sont tour à tour proposés. Mais il décline ces deux offres, arguant qu’il préférait se consacrer au bonheur de ses sujets flamands. L’hiver 1126-1127 est particulièrement terrible en Flandre. Charles empêche que le grain soit vendu à des prix excessifs, ordonne que la moitié des semis à planter soient des semis de pois et de fèves, qui arrivent à maturité plus rapidement que les blés ; il visite les greniers des riches et organise la distribution de leurs grains en les vendant à coût modéré, faisant reverser le bénéfice à leurs propriétaires légitimes, distribue pain et argent, et interdit la fabrication de la bière. Mais le 2 mars 1127, il est brutalement assassiné dans l’église St-Donatien de Bruges pendant la messe du mercredi des Cendres par des marchands à la solde de la branche cadette de Flandre. Très populaire, Charles a été très vite considéré comme un martyr et un saint.

Bienheureuse Agnès de Langeac

Bienheureuse Agnès de LangeacAgnès Galand, naît en 1602 au Puy-en-Velay, au foyer d’un modeste artisan. Vers 7 ans, tandis qu’elle monte à la cathédrale, Agnès pense aux misères d’un homme supplicié qu’elle a vu et qui a bouleversé son cœur. Elle a prié pour lui toute la nuit. Au cours de l’eucharistie, elle entend ces paroles au fond du cœur : " Rends-toi esclave de la Sainte Vierge et elle te protègera ". Elle se donne alors tout entière à la Vierge Marie. En signe de cette consécration, elle prend dans l’atelier de son père une chaîne qu’elle portera autour de la taille et, enfant, se met à l’aide de son confesseur à l’école de l’oraison : " Allons mon âme, il faut se tenir un petit quart d’heure devant Dieu et être bien attentive à Lui. ", et le quart d’heure largement écoulé : " Poursuivons et passons à la demi-heure. " En 1623, à 21 ans, elle entre au monastère dominicain de Langeac. Elle en devient bientôt la prieure et assume ses responsabilités avec bienveillance et amour de ses sœurs. Par ses prières et ses conseils, elle va guider Monsieur Olier vers la fondation des premiers séminaires. Elle meurt le 19 octobre 1634, en laissant comme charge spirituelle à ses filles de prier pour les prêtres et les vocations sacerdotales.

Go to top