Sainte Bénédicte

Moniale à Rome au Ve siècle dans un couvent fondé par sainte Galla, sainte Bénédicte eut une vision de saint Pierre qui lui prédit sa mort.

Saint Pierre Nolasque

Saint Pierre Nolasque

Pierre Nolasque naquit d'une illustre famille, à Recaud près de Carcassonne, vers 1189. A l’adolescence il perdit ses parents.
L'hérésie cathare ravageait alors le Midi de la France. Pour s'y soustraire, il vendit son patrimoine, et se retira en Espagne, auprès du roi Jacques d'Aragon. Il se rendit ensuite à Barcelone, et consacra toute sa fortune au rachat des captifs enlevés par les Sarrasins. Mais le sacrifice de ses biens ne suffisait pas à sa charité. Il voulait encore se vendre lui-même pour délivrer ses frères et se charger de leurs chaînes. Une nuit qu'il priait en songeant à la délivrance des captifs, la Sainte Vierge lui apparut et lui recommanda d'établir, en son honneur, un Ordre religieux consacré à cette œuvre de charité. Il s'empressa d'obéir et fonda avec l’accord du roi et de Raymond de Peñafort l'ordre de « Notre-Dame de la Merci » pour la rédemption des captifs. Le caractère particulier de cet ordre, les mercédaires, était de joindre aux trois vœux ordinaires de religion un quatrième vœu : celui de se livrer en gage aux païens, s'il en était besoin, pour la délivrance des chrétiens. L’ordre fut approuvé par le pape Grégoire IX en 1235.
Enfin, accablé par l'âge, le travail et la pénitence, il reçut l'avertissement de sa mort prochaine. Lorsqu'on lui eut administré les derniers sacrements, il exhorta encore ses frères à la charité envers les captifs. Puis, en disant ces paroles : « Le Seigneur a envoyé la rédemption à son peuple », il rendit son âme à Dieu, l'an 1245.

Bienheureuse Anne-Rose Gattorno, religieuse

Bienheureuse Anne Rose GattornoAnne Rose Gattorno naît à Gênes le 14 octobre 1831 dans une famille profondément chrétienne. À 21 ans, elle épouse Jeronimo Custo et part vivre à Marseille où son mari fait du commerce. Des problèmes financiers les obligent à revenir à Gênes. Elle aura trois enfants mais perd son époux après seulement six ans de mariage, puis l’un de ses fils. Plutôt que de se décourager elle se tourne davantage vers Dieu. Tout en continuant à s'occuper de l'avenir de ses deux enfants, elle se consacre à la conversion des pécheurs et à la sanctification de tous les hommes. Sous la direction de son confesseur, elle prononce en privé, les vœux perpétuels de chasteté et d'obéissance en la solennité de l'Immaculée Conception (1858), puis en tant que tertiaire franciscaine, celui de pauvreté (1861). En 1862, elle reçoit la grâce des stigmates cachés, spécialement ressentis le vendredi. Elle fonde alors un nouvel institut : "Les Filles de sainte Anne, Mère de Marie Immaculée", fruit d'une admirable synthèse entre l'abandon à la Providence et l'engagement permanent pour le prochain. Le Pape Pie IX la confirme dans sa mission de fondatrice. Elle prend l'habit religieux en 1867 et en 1870, elle prononce ses vœux avec douze sœurs. Avec sa Congrégation, elle met en œuvre de nombreuses initiatives au service des pauvres, des malades, des personnes seules ou âgées, des jeunes "en danger". L'ouverture d'écoles populaires pour éduquer les enfants pauvres suit rapidement, ainsi que d'autres œuvres de promotion humaine et évangélique dont l'époque a un urgent besoin. À sa mort, le 6 mai 1900 à Gênes, Mère Rosa laisse 3500 sœurs dans divers pays du monde.



Go to top