Bienheureux Jacques Duckett, martyr

Après avoir passé son enfance dans les collines du Westmorland où il fut élevé dans la nouvelle religion anglicane, il entra à Londres comme apprenti chez un marchand et c’est là qu’il fut convaincu de la vérité du catholicisme qu’il embrassa après plusieurs tentatives et beaucoup de difficultés. Il se maria et s’établit comme libraire, ce qui lui permit d’approvisionner en livres les catholiques. Cela l’amena à s’engager dans des dépenses excessives qui le menèrent tout droit en prison. Là, un relieur dénommé Pierre qui, lui, avait été condamné à mort crut échapper à la potence en dénonçant Jacques Duckett comme catholique : il n’y gagna rien et y perdit en plus son honneur. Jacques fut à son tour condamné à mort après neuf ans d’emprisonnement. La Providence fit qu’il fut conduit à la mort avec son accusateur et comme ils se tenaient sous le gibet de Tyburn, les cordes autour du cou, Jacques s’adressa à lui : "Peter, Dieu et toi savent pourquoi je suis ici, du fond du cœur je te pardonne ! », puis il se pencha et l'embrassa, en disant : « Ta vie et la mienne ne sont pas longues, veux-tu me promettre une chose ? Veux-tu mourir comme moi en catholique ? » - « Je vais mourir comme un chrétien doit mourir » répondit Pierre. C’était en 1602, sous Elisabeth Ière.

Haut de page