Saints Bernard-Ahmed, Marie-Zaïda, et Grace-Zoraïde, martyrs

A Valence, en Espagne, Ahmed, converti de l’Islam à la foi au Christ, devient moine cistercien, ses sœurs Zaïda et Zoraïda se convertissent également. Ils prirent pour noms Bernard, Marie et Grâce. L’émir fit mourir Ahmed en le faisant clouer à un arbre, ses deux sœurs eurent la tête tranchée. C’était en 1180.

Saint Sidoine Apollinaire

Saint Sidoine ApollinaireNé à Lyon en 430, il appartient à une famille de Préfets du prétoire des Gaules. Il assume naturellement des charges politiques comme celle de préfet de Rome en 468, un temps favorisé par sa position de gendre de l’empereur Avit. Mais il se retire des affaires pour s’adonner à l’écriture où il excelle (Lettres et Poèmes). Il est choisi comme évêque de Clermont en 471 et, dans ce cadre il organise la défense de la ville de 470 à 475 face aux troupes wisigothes du roi Euric. Après la prise de la ville il est prisonnier deux années entières. Libéré, il meurt à Clermont en 486.

Saint Pie X, pape

image024Enfant de la terre, né dans une humble famille de Vénétie, Joseph Sarto est le symbole de la simplicité et de la fermeté dogmatique suivant sa doctrine : "Tout rénover dans le Christ". Curé, puis évêque de Mantoue, patriarche de Venise, pape enfin en 1903. L'époque était difficile. Ce début du XXème siècle voit en France la séparation de l’Église et de l’État, la montée du modernisme, les rapports difficiles de la religion et du politique. On retiendra de ce petit paysan devenu berger de l’Église, le renouvellement de la liturgie et de la catéchèse, la béatification du Curé d'Ars qui lui permet de rappeler le rôle pastoral du clergé, et surtout son appel à la communion fréquente à laquelle il appelle désormais les petits enfants, bouleversant ainsi plusieurs siècles marqués par le jansénisme et le rigorisme sacramentaire.

Bienheureux Sauveur Estrugo Solves et Raymond Peiro Victori, martyrs

Bienheureux Sauveur Estrugo SolvesBienheureux Raymond Peiro VictoriEn Espagne, pendant la persécution menée contre l’Église au cours de la guerre civile, en 1936, les bienheureux martyrs Sauveur Estrugo Solvès, prêtre, à Albéric dans la région de Valence, et Raymond Peiro Victori, prêtre dominicain, à El Morrot, près de Barcelone.

Bienheureux Bruno Zembol, martyr

Bienheureux Bruno ZembolFranciscain polonais, il fut arrêté par la Gestapo nazie à Chelm Lubelski, en novembre 1939 et mourut après trois années d'épuisement au camp de Dachau. Ses compagnons témoignèrent de sa "bonté angélique" à l'égard de tous dans ces conditions de vie inhumaines.

Saints Cyrille, moine, et Méthode, évêque

Saints Cyrille et MethodeLes deux frères Constantin (né vers 827) et Méthode (né vers 815), originaires de Thessalonique, furent envoyés chez les Khazars puis en Moravie par le patriarche de Constantinople pour y annoncer le Christ. Pour évangéliser les peuples slaves, Constantin (Cyrille, de son nom de religieux) créa un alphabet adapté à leur langue, l'alphabet glagolitique (en son honneur, son nom sera donné plus tard à l’actuel alphabet oriental : l'alphabet cyrillique). En 868, ils allèrent à Rome faire le point de leurs travaux avec le pape. Constantin y mourut le 14 février 869. Quant à Méthode, ordonné archevêque de Sirmium, il repartit évangéliser les Slaves auprès desquels il mourut à Valehred en Moravie, le 6 avril 885. En butte à l’hostilité du clergé franc, Cyrille et Méthode furent fidèles à Constantinople, leur Église d’origine, et en étroite communion avec celle de Rome qui les appuya en la personne du pape Adrien II. Cette double obédience justifie le titre de co-patrons de l’Europe que leur donna le pape slave Jean-Paul II.

Go to top