Sainte Marthe

Sainte MartheElle apparaît trois fois dans l’Évangile : au repas de Béthanie où, avec Marie, sa sœur, elle accueille Jésus dans sa maison, lors de la résurrection de son frère Lazare, où elle professe sa foi en Jésus « le Fils du Dieu vivant », et dans le banquet offert à Jésus six jours avant la Pâque. Au cours des deux repas, Marthe s'occupe du service, tandis que sa sœur Marie oint les pieds de Jésus avec un parfum précieux ou s'assied à ses pieds pour l'écouter. Lorsque Marthe se plaint à Jésus de ce que sa sœur ne l'aide pas, le Seigneur ne refuse pas « son dévouement empressé », mais il lui fait reproche de s'inquiéter et de s'agiter, au risque de passer à côté de l'essentiel, qui est sa présence à Lui. Il invite Marthe à plus de dépouillement, afin d'être moins absorbée : « Il faut peu de choses, une seule même », car être tout à fait à Lui vaut mieux que d'être distrait de Lui, même par d'excellentes occupations : « Elle a choisi la meilleure part », dit Jésus de Marie « non oisive », mais « attentive ». Ce fut un honneur pour Marthe que de recevoir Jésus à sa table et de le servir. Mais chacun de nous peut, à son tour, exercer la même hospitalité : en servant nos frères, nous servons le Christ.

Saint Loup

Saint LoupNé à Toul vers 383, et frère de saint Vincent de Lérins qu’il conduisit par l’exemple à suivre ses traces, Loup (ou Leu) fut d'abord moine à Lérins durant une année environ, après avoir fait le choix avec son épouse de se donner totalement à Dieu. Il fut très vite appelé à devenir évêque de Troyes à partir de 426. Il accompagna saint Germain d’Auxerre en Angleterre pour combattre l'hérésie du pélagianisme. C'est lui qui, vers 451, sauva la ville de Troyes de l'invasion d'Attila, en se livrant comme otage. Libéré finalement, il mourut à Troyes en 479 après plus de cinquante ans d’un fécond apostolat. Il fut inhumé dans le modeste monastère Notre-Dame-hors-les-Murs, qu’il avait fondé hors des murs de sa ville, qui deviendra l’abbaye Saint-Loup.

Saint Guillaume Pinchon

Saint Guillaume PinchonGuillaume Pinchon naquit en 1184 dans la paroisse de Saint Alban, au lieu-dit « Fleur d'Aulne » en Bretagne. Après des études ecclésiastiques, il est ordonné prêtre à Saint-Brieuc et devient chanoine. L'évêque Josselin, qui avait remarqué sa grande piété l'attache à son service en qualité de secrétaire. Il occupera la même fonction sous les évêques Guillaume-Pierre et Sylvestre. A la mort de ce dernier, en 1220, Guillaume est élu évêque de Saint-Brieuc par l'assemblée du clergé.
Exemplaire, vivant de la charité évangélique, il distribuait aux pauvres tout ce dont il disposait. Lors d'une famine en 1225, il donna son blé, vendit ses meubles et ses livres pour acheter d'autres céréales et quand il n'eut plus rien, il se fit mendiant pour secourir les malheureux.
Pierre de Dreux dit Mauclerc, duc de Bretagne, persécutait alors le clergé et portait atteinte aux édifices religieux. Guillaume se dressa contre lui avec l'évêque de Tréguier, et montra une indomptable fermeté pour la défense des droits de l'Eglise, allant jusqu’à excommunier le duc. Condamné à l'exil, il dut s'en aller à Poitiers en 1226 d'où il reviendra en 1230 accueilli en triomphe par son peuple. Il mena de pair le renouveau spirituel altéré durant son absence et la restauration de la cathédrale délabrée. Il mourut le 29 juillet 1234 et son corps fut déposé dans l'édifice qu'il s'occupait à reconstruire.

Jeudi 22 Juillet 2021
Go to top