Il y a un temps pour tout

Pentecote 2018Le « Temps ordinaire » qui commence après la solennité de la Pentecôte, couronnement du Temps pascal, selon le calendrier liturgique, s’ouvre, à l’Office des lectures, par le beau texte de l’Ecclésiaste : « Il y a un moment pour tout, et un temps pour chaque chose sous le ciel : un temps pour donner la vie, et un temps pour mourir ; un temps pour planter, et un temps pour arracher. Un temps pour tuer, et un temps pour guérir ; un temps pour détruire et un temps pour construire. Un temps pour pleurer, et un temps pour rire ; un temps pour gémir, et un temps pour danser. Un temps pour jeter des pierres, et un temps pour les amasser ; un temps pour s’étreindre, et un temps pour s’abstenir. Un temps pour chercher, et un temps pour perdre ; un temps pour garder, et un temps pour jeter. Un temps pour déchirer, et un temps pour coudre ; un temps pour se taire, et un temps pour parler. Un temps pour aimer, et un temps pour ne pas aimer ; un temps pour la guerre, et un temps pour la paix. » Notre existence n’est-elle pas un assemblage de moments contrastés, d’activités parfois opposées, de sentiments et d’état d’âme successifs qui couvrent une gamme des plus variées ?